Le comble pour une journaliste ? Se faire interviewer !

vendredi 8 avril 2011
par  C Debricon
popularité : 9%

Dans le cadre de la semaine de la presse à l’école, la classe de 3°3 a pu interviewer la journaliste Emilie Salvaing, venue spécialement pour eux leur parler de son métier : l’entretien s’est déroulé le vendredi 1er avril au CDI du collège.

Les élèves : quelles études doit-on suivre pour devenir journaliste ? E S : D’abord, il n’existe pas de " diplôme de journaliste" à proprement parler, on a une carte de presse délivrée par certaines écoles reconnues dans la profession ; moi, j’ai fait celle de Strasbourg après avoir passé une licence ; c’est la voie " royale", même si le concours est très sélectif.

L E : Pourquoi avez-vous choisi ce métier ? E S : J’ai longtemps été indécise quant à mon orientation : à votre âge , et même plus tard au lycée, je ne savais absolument pas ce que je ferais plus tard ; mais c’est un stage à "La Provence", un grand quotidien local, qui a déclenché ma vocation : c’est là que j’ai su que j’avais envie de devenir journaliste !

L E : Est-ce vous qui choisissez les sujets que vous allez traiter ? E S : Cela dépend : le plus souvent, c’est à nous de trouver les thèmes sur lesquels nous voulons travailler, ; cependant, nous avons aussi, au sein de la rédaction, un agenda de sujets à traiter, liés à l’actualité locale, puisque je travaille en ce moment pour le journal La République, situé à Vierzon.

L E : Quel est votre salaire ? E S : J’ai commencé à toucher environ 1600 euros par mois, en démarrant comme jeune journaliste ; avec l’expérience et l’ancienneté, mon salaire continuera à progresser.

L E : Combien d’heures travaillez-vous par semaine ? E S : Le métier de journaliste n’est vraiment pas de tout repos ! Je commence vers 9 h du matin, mais je ne compte pas mes heures : si je finis souvent ma journée aux alentours de 19-20 heures, je peux dire que je pense tout le temps à mon métier, à ma façon de travailler, dans ma vie quotidienne.

L E : Vous déplacez-vous souvent dans votre métier ? E S : Oui, et je dirais même que c’est une nécessité ; c’est là que l’on peut faire des rencontres étonnantes, et c’est aussi ce qui rend ce métier si enrichissant, humainement : on discute avec des gens de tous horizons. Il m’est parfois arrivé de laisser parler certaines personnes plus d’une heure, tellement elles étaient fascinantes. Par ailleurs, en tant que pigiste, j’ai par exemple "couvert" la visite du Pape en Angleterre, ce qui fut une expérience très difficile mais également très formatrice pour moi.

L E : Quelles sont les qualités, pour devenir journaliste ? E S : Je dirais qu’il faut avant tout faire preuve de curiosité : être ouvert sur le monde, aller en permanence au-devant de l’information, tout en respectant bien sûr les règles de notre déontologie.

L E : Quelles sont les erreurs à ne pas commettre, dans votre métier ? E S : Il faut toujours être sûr de ses sources, des informations que l’on va publier ; il faut également faire le moins de fautes d’orthographe possible, car nous n’avons plus de correcteur dans nos rédactions , et les correcteurs orthographiques des ordinateurs ne sont pas infaillibles...

Emilie Salvaing aime son métier, car celui-ci lui permet d’avoir de nombreux contacts , de rencontrer une multitude de personnes intéressantes. Par sa bonne humeur et son dynamisme, elle nous a fait partager son enthousiasme pour ce beau métier qu’est celui de journaliste ; et peut-être, qui sait, va-t-elle déclencher des vocations ...

Les élèves de 3 ° 3 et C Debricon


Portfolio

JPEG - 442.7 ko JPEG - 408.6 ko JPEG - 576.1 ko

Navigation

Statistiques

Dernière mise à jour

lundi 14 mai 2018

Publication

924 Articles
32 Albums photo
Aucune brève
2 Sites Web
34 Auteurs

Visites

74 aujourd'hui
91 hier
792821 depuis le début
3 visiteurs actuellement connectés